THE GAP

Ces musiciens (excepté Samuel F’hima) ont débuté leur conversation musicale sur le premier album du batteur compositeur Arnaud Dolmen, Tonbé Lévé, sorti en Octobre 2017. Un opus qui a reçu un franc succès et plus de 30 concerts en Europe, Afrique, à NYC, ou encore dans la Caraïbe. Un album qui est un savant mélange de jazz contemporain avec la musique traditionnelle de Guadeloupe, le gwoka et rappelle que les déséquilibres de la vie peuvent être une force majeure.

Au fil du temps, Arnaud a continué son introspection et le regard qu’il pose sur la vie. Par ses rencontres, le climat social qui règne en France, Arnaud observe différents points de vue et inégalités. En visionnant les récents films Les banlieusards et Les Misérables, inconsciemment il a poursuivi sa réflexion. Ce batteur guadeloupéen possède des influences diverses, alimentées également par les artistes qu’ils côtoient au quotidien. Ses voyages fréquents, son ouverture d’esprit, le rendent également très sensible à l’autre.

Ayant grandi en Guadeloupe, Arnaud baigne depuis son jeune âge dans un environnement musical traditionnel et populaire venant de la danse, de la percussion et de la mélodie. Par sa culture, il est intrinsèquement lié à la polyrythmie. Une technique qu’il parvient aisément à manœuvrer avec un naturel expansif. Animé d’une curiosité avide, il a pratiqué divers styles musicaux qui vont du Jazz, à la musique Nord-Africaine en passant par la variété internationale ; tout en maîtrisant les musiques pratiquées et écoutées en Guadeloupe comme le Gwoka, le Zouk. Par conséquent ses sources d’inspiration en matière de composition sont aussi nombreuses : du Jazz avec des sonorités new-yorkaises et contemporaines en passant par la complexité rythmique des musiques traditionnelles Caribéennes et Musiques Mandingues. Avec des thèmes courts qui font penser à des chants populaires, avec des gammes pentatoniques, des morceaux tonals simples qui sont prétexte à l’improvisation, ou encore des pièces très écrites.
« Ambrose Akimusire, Tigran Hamasyan, Ornette Coleman ou encore Claude Debussy ont une profonde influence sur ma démarche artistique. Leur aura mélodieuse m’envahit d’une grandeur délicieuse et implicite. Comme si, ils transmettaient une énergie subliminale rappelant que le champ des possibles est ouvert : en musique comme ailleurs. » affirme le batteur.

La thématique de Gap Adjusting porte sur les écarts de société, les écarts entre les hommes et les moyens d’ajustements. Une forme d’exploration des maux violents de notre société sur fond de jugement intempestif et immédiat. Le message de Gap Adjusting met en exergue la tolérance. Un regard spirituel sous le prisme de l’amour, l’écoute bienveillante et la connexion à l’autre.
Ce quartet y répond par une musique acoustique, moderne, tout en s’inscrivant dans la continuité de composition de Tonbé Lévé.

CONCERT DE THE GAP

2020

  • 6 Mars au Comptoir, Fontenay-sous-Bois
  • 13 Mars 2020 au Festival Drums Summit – Toulouse
  • 27 & 28 Mars 2020 à la scène de Bayssan – Béziers
  • Octobre au Maquiz’art – Eymet (date à confirmer)

    MUSICIENS DE THE GAP

    Arnaud DOLMEN : batterie et composition
    Samuel F’HIMA : contrebasse
    Leonardo MONTANA : piano
    Adrien SANCHEZ : saxophone