^–

"Je veux créer la joie.
Je veux que les gens s'évadent vers la positivité"

"Je suis pour la
réconciliation des peuples"

"Jouer de la batterie me procure un bien-être inexplicable...Vers le mystique"

Arnaud Dolmen par O.y. Chraibi
O.y. Chraibi www.crepeetcitron.com

Batteur.
Tanbouyé.
Compositeur.
Éclectique.
Mondial.

« The extra space of 5/4 gave Dolmen the

opportunity dig heavily into the groove,

to provide endless variety and creativity,

to state his case as a drummer of

real originality and flair »

– London Jazz News

« S’affirme ici comme un batteur de jazz

de tout premier plan, au goût sûr

et au swing indéfectible. »

– Jazz Magazine

« Arnaud Dolmen défile avec une

aisance déconcertante des

rythmes venus dailleurs » 

– Le Bananier bleu

« Doté d’une sensibilité et

d’une intelligence musicale,

notamment au niveau rythmique

assez exceptionnelle

rendant son jeu unique »

– Madinin’Art

Aérien, dynamisme, vélocité, finesse le qualifient et résultent de ses nombreuses collaborations mondiales.

Il côtoie les scènes internationales et les studios avec: Jacques Schwarz-Bart, Mario Canonge, Baptiste Trotignon, David Linx, Olivier Ker Ourio, Bojan Z, Laurent de Wilde, Alain Jean-Marie, Donald Brown, Annick Tangorra, Lisa Simone, Jonathan Jurion, Jasser Haj Youssef, Yuri Buenaventura, Fayçal Salhi, Naïssam Jalal, Charlotte Wassy, Grand Baton, Hervé Samb, Calypso Rose, Munir Hossn, Franck Nicolas, Grégory Privat, Sonny Troupé, Jerry Léonide, Etienne Charles, etc.

Il évolue également dans le gwoka et les musiques antillaises avec: Tanya Saint-Val, Zagalo, Dédé Saint-Prix, René Geoffroy, Christian Laviso, Kimbòl, Mizikopéyi, Jacob Desvarieux, Admiral T, Soft, Dominique Coco, Jean-Philippe Marthély, Jean-Louis Mérault & le groupe Zawag, Ralph Thamar, le groupe Kann’, Sanouyé, etc.

Dès l’âge de cinq ans, Arnaud étudie le ka, tambour du gwoka (musique traditionnelle de la Guadeloupe) puis, la batterie à l’Atelier Marcel Lollia dit «Vélo», sous la direction de Georges Troupé, dans sa Guadeloupe natale.

Son talent est officiellement révélé par son implication au sein de l’orchestre Kimbòl durant son adolescence. Grâce à cette formation, il savoure ses premiers festivals (les Orchestrades de la Caraïbe, de Brive, etc.) et émissions télévisées.
Très jeune, il collabore avec des artistes de tous azimuts. Sa précocité et sa pratique boulimique de l’instrument lui permettent déjà de s’adapter aisément à divers genres musicaux tels que le gwoka, le jazz ou encore les musiques caribéennes.

Frôlant la majorité en 2003, le prodige guadeloupéen s’envole vers Toulouse pour poursuivre ses études de musique à l’école de Batterie Dante Agostini, dirigé par Daniel Dumoulin. Parallèlement, il suit un cursus de Comptabilité et de Gestion. Cinq après, fraîchement diplômé et couronné du premier prix de l’école, il débute sa carrière professionnelle sur la scène Nationale et Internationale.

Durant ses études de batterie et de comptabilité, Arnaud se glisse vaillamment dans le milieu professionnel. Repéré par Franck Nicolas à l’âge de 16 ans à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Arnaud signe avec lui, trois ans plus tard, ses premiers contrats. C’est ainsi qu’ils rencontrent et collaborent avec Alain Jean-Marie, Jean-Christophe Maillard, Michel Alibo, Mario Canonge entre autres. Il connaitra son premier Zénith, ses premières tournées, (nationales, caribéennes) en tant que musicien professionnel au sein du célèbre groupe SOFT.

Sonny Troupé, qu’il considère comme son frère spirituel depuis l’âge de 5 ans participe à l’ascension d’Arnaud. Ses conseils précieux propulsent Arnaud jusqu’à sa première tournée Internationale dans des festivals prestigieux de Jazz avec Jacques Schwarz-Bart. Ce saxophoniste croit en son talent et leurs collaborations deviennent régulières. Fin 2009, le batteur rejoint la Capitale française. Il multiplie alors ses rencontres, crée son propre réseau et devient un batteur incontournable, sur la scène nationale…

En parallèle, de 2004 à 2013, il est le fer de lance de trois projets jazz: 

Le premier est ZETLIYO qu’il fonde à 19 ans à Toulouse. Ce trio d’amis a réuni son complice depuis le lycée, Jonathan Jurion au piano et Gwenaël Ladeux à la basse électrique. Leur répertoire s’articule autour de reprises des grands classiques de la musique du Jazz Caribéen, des œuvres de Michel Petrucciani, Pat Metheny, et des prémices de leur composition. Zetliyo est dans une recherche d’un Jazz ouvert tout en respectant les codes de la tradition caribéenne. Grâce à cette formation, Arnaud commence à travailler sa personnalité. De 2004 à 2009, ce groupe sillonne les clubs de jazz majoritairement dans le sud de la France. Avec des limites extensibles, le trio se transforme en quartet avec Sylvain Joseph voire quintet. Il accompagne, entre autres, le chanteur percussionniste Alexandre Duventru, Voices Soulshine, Erik Pédurand et la chanteuse guinéenne Sia Tolno. Avec elle, ils font les premières parties de Lura et de la grande Césaria Evora (Grand Rex, 2011).

Le second projet est le FDH TRIO qu’il cofonde dans la ville rose, en 2008, avec le pianiste Thibaud Dufoy et le bassiste Elvin Bironien. Ce trio présente un répertoire original essentiellement composé par le pianiste. Grâce au FDH Trio, Arnaud approfondit son jeu Jazz et compose son premier morceau « Nonotime ». Leur originalité est couronné par divers prix: Prix du public du tremplin Jazz à Porquerolles, Finaliste de l’édition 2010 du Concours National de Jazz à la Défense, 1er prix du jury des Golden jazz trophy 2012 présidé par Omar Sosa. Ils se produisent aux festivals: Jazz sur 31, Jazz à Millau, Souillac en Jazz, Jazz en nord, les Afters Hours du Duc des Lombards, Caribéennes de Mai etc… En 2012, ils réalisent l’album «Le free du hazard ?» avec en invités  Jacques Schwarz-Bart, Mino Cinelu et Sonny Troupé.

Oxygéné par la capitale française, Arnaud crée en 2010 le NONO EXPERIMENT qui évolue jusqu’à 2013. Il rassemble quatre amis musiciens: Jonathan Jurion, Ralph Lavital, Sylvain Joseph et Damien Nueva. Le quintet présente une musique composée par chacun d’eux, suivant l’esthétique du jazz moderne New-Yorkais tout en restant ancré à leur bassin naturel de la Caraïbes. Une fois par mois le public savoure leur live, lors de leur résidence d’une année au Baiser Salé. Cette aventure parisienne s’exporte jusqu’en Guadeloupe où durant une semaine, le Nono Experiment effectue une résidence, clôturée par deux concerts marquants.

A partir de Novembre 2014, Arnaud anime des Jam Sessions au Bab-Ilo avec des musiciens d’univers différents. Cette résidence mensuelle, qui résonne entre les murs de ce club de jazz parisien, contribua à sceller l’harmonie recherchée de sa musique envoûtante. Parmi les invités, on compte: Enzo Carniel, Laurent Coq, Laurent Coulondre, Mario Canonge, Christophe Panzani, Jérémy Bruyère, Munir Hossn, Grégory Privat, Natasha Rogers, Léonardo Montana, Adrien Sanchèz et Joachim Govin.

La jam attire un public cosmopolite et authentique. Beaucoup de personnalités sont présentes et partagent la scène telles que Ambrose Akimusire, Harold Lopez Nussa, Lukmil Pérèz, Sonny Troupé, Naïssam Jalal etc. Cette jam devient un laboratoire expérimental inédit dans la capitale et très attendu chaque mois.

En 2015, Arnaud ose tracer sa route audacieuse vers une nouvelle aventure : son projet personnel le « Arnaud Dolmen Quartet », un savoureux mélange de jazz et de fragrances caribéennes. Plus d’informations ici.

CONTACTEZ-MOI

DISCOGRAPHIE